Libé = porte-voix de Dharamsala ?

par André Lacroix, le 6 décembre 2017

Sous le titre Le monde devrait s’inquiéter des atteintes à l’environnement au Tibet, on trouvera sur le site de Libé du 29/11/2017 une interview par Laurence Defranoux de Dolma Tsering, députée du « Parlement tibétain en exil ». C’est le droit, bien sûr, d’un organe de presse d’interviewer n’importe qui ; mais ne serait-ce pas aussi son devoir de faire preuve d’un minimum d’esprit critique ?

Le dossier Tibet de GEO (n° 464) : reflet de la pensée unique

par André Lacroix, le 4 décembre 2017

On a le sentiment qu’une tentative louable a été faite, par le magazine GEO, de présenter au lecteur, sous la plume de journalistes ayant pignon sur rue, un aperçu de la réalité du Tibet qui n’omette aucun sujet : histoire, géographie, société, religion, politique, culture, etc., le tout agrémenté, comme c’est la coutume dans ce genre de publication, de superbes photos, certaines s’étalant sur deux pages. Mais, si l’on fait preuve d’un peu de sens critique, on constate que l’idéologie sous-jacente aux textes reflète assez fidèlement les préjugés largement répandus en France, où la « question tibétaine » est souvent lue à travers le prisme déformant des exilés.

Le Tibet vu et revu par GEO, 5e et dernière partie : un certain regard sur la culture

par André Lacroix, le 2 décembre 2017

Le dossier-Tibet du n° 464 de GEO se termine par deux articles offrant moins de prise à la critique que les précédents. Il s’agit d’un reportage d’Edward Wong sur les imprimeurs de textes sacrés et d’une présentation par Jules Prévost de quelques peintres tibétains contemporains.

Le Tibet vu et revu par GEO, 4e partie : douteuse polarisation sur le Troisième Pôle

par André Lacroix, le 28 novembre 2017

Au Tibet, « les températures augmentent de 0,4° C par décennie », peut-on lire dans le premier sous-titre en gros caractères rouges de l’article de Pierre Haski, pp. 61 à 66 du n° 464 d’octobre 2017 du magazine GEO. Il s’agit là d’un constat malheureusement incontestable. Ce qui, en revanche, est malheureusement contestable, c’est la suspicion, pour ne pas dire la condamnation, par l’auteur de la politique mise en œuvre par la Chine pour freiner cet emballement fatal.

Le Tibet vu et revu par GEO, 3e partie : les charmes trompeurs d’une carte géographique

par André Lacroix, le 19 novembre 2017

Pour compléter son long article (pp. 38-50), Jean-Christophe Servant gratifie ses lecteurs d’une magnifique carte géographique aux couleurs pastel (réalisée par Léonie Schlosser), reproduite sur deux pages sous le titre « À l’Ouest, toujours du nouveau ». En analysant cette carte et les commentaires qui l’accompagnent, on doit bien constater que l’infographie et l’esthétique sont ici mises au service de la désinformation.

Le Tibet vu et revu par GEO, 2ème partie : une apparence d’impartialité

par André Lacroix, le 16 novembre 2017

 

D’entrée de jeu, le ton est donné : sous une apparence d’impartialité (« côté pile » et « côté face »), Jean-Christophe Servant se livre, entre les pages 38 et 50 illustrées par dix photos, à un long réquisitoire contre la politique menée par la Chine dans la Région autonome du Tibet (RAT) et sa capitale Lhassa.

Le Tibet vu et revu par GEO, 1ère partie : de curieuses complaisances

par André Lacroix, le 8 novembre 2017

Dans son N° 464 d’octobre 2017, le magazine GEO propose un vaste dossier consacré au Tibet sous le titre « Le Tibet au tournant de son histoire » ...

« Le goût du Tibet », le dégoût d’une certaine tibétologie

par André Lacroix, le 27 octobre 2017

Édité en 2017 par le Mercure de France, vient d’être mis sur le marché un livre de petit format (10 cm X 16 cm), de moins de 100 pages, intitulé « Le goût du Tibet », sous-titré « Les grands écrivains racontent le Pays des Neiges ». Il est vendu au prix de 3,90 € comme supplément au N° 464 de la revue GEO d’octobre 2017.

Une analyse critique du livre de Sabine Verhest - "TIBET Histoires du Toit du Monde" (éd. Nevicata, 2012)

par André Lacroixle, le 25 octobre 2013 (revu le 11 octobre 2017)

PREMIÈRE IMPRESSION

De très belles photos réalisées par l’auteure elle-même, photographe de formation ; un style très clair, comme il convient à une journaliste : Sabine Verhest travaille à La Libre Belgique depuis 1995 ; une mise en page aérée et un format carré très séduisant.  Bref, un très beau livre.  Pour ceux qui n’ont jamais mis les pieds au Tibet, c’est une excellente invitation au voyage.  Pour ceux qui, comme moi, ont eu le bonheur de s’y rendre à trois reprises, c’est l’occasion de raviver le souvenir de paysages grandioses à l’air raréfié, de monastères colorés étincelant sous le soleil, et surtout de gens accueillants et souriants malgré la rudesse du climat.   Il est d’ailleurs impossible, quand on s’est rendu sur le Haut Plateau, de ne pas partager l’empathie avec le peuple tibétain, dont fait preuve Sabine Verhest.

Foot et fantasmes

par André Lacroix, le 2 octobre 2017

Faisant écho à la dépêche de Dharamsala du 1er septembre 2017, le site France-Tibet du 15 septembre 2017 nous apprend que « l’équipe nationale des exilés tibétains » va jouer dans la Coupe du Monde de Football 2018 organisée par la ConIFA (Confédération des associations de football indépendantes).

Comment un reportage fait du Tibet « un pays occupé »

par Albert Ettinger, le 17 avril 2017

Le lundi, 13 mars, dans le cadre de l'émission « coup de cœur du bourlingueur », La Trois (RTBF) a diffusé un bref « documentaire » sur un voyage à Lhassa. (1) Dès les premiers mots qui accompagnent les images, on plonge non seulement dans l’approximatif, mais aussi dans les clichés et les idées reçues. Le caractère extrêmement biaisé est évident pour quiconque connaît un peu la question. Mais ce n’est pas là le public que l’on entend viser…

Les présupposés antichinois d’un colloque universitaire

André Lacroix, le 21 mars 2017

Le vendredi 24 février s’est tenu à l’ULB (Université Libre de Bruxelles) un intéressant colloque intitulé « Par-delà le religieux et le politique : théâtre et littérature au Tibet aujourd’hui ».

 

Qu'en est-il du « Tibet par-delà le religieux et le politique » ?

par Elisabeth Martens, le 7 mars 2017

Les deux adjectifs « politique » et « religieux » qui cadrent à merveille avec l'ancien Tibet et qui, ici, prétendaient rendre au Tibet une certaine neutralité m'ont rendue curieuse quant au contenu de cette « journée Tibet » organisée par l'ULB (1). Ce défi allait-il être relevé ? Car comment parler du Tibet sans aborder les volets politique et religieux ? La littérature et le théâtre eux-mêmes (qui faisaient l'objet du jour)ne s'épanouissent-ils pas à partir du terreau politique et religieux ?

Pourquoi la question tibétaine continue à nous motiver

par Elisabeth Martens, le 16 février 2017

Le magazine « Un jour dans l’histoire » du 15 février 2017, sur la Première, était consacré aux origines du bouddhisme. Laurent Dehossay s’y entretenait avec Pierre Bonneels, doctorant en philo et lettres à l'ULB et licencié en bouddhologie à l'université de Bukkyo à Kyoto.

Nouvelle lettre ouverte à Daniel Couvreur, journaliste au Soir

par André Lacroix, le 1er février 2017

Cher Monsieur Couvreur,

Le 20 mai 2012, je vous adressais une lettre ouverte pour dénoncer le fait que vous ayez cité, comme si vous les cautionniez, les propos infondés tenus par Fanny Rodwell, la veuve d’Hergé, sur les soi-disant 1,2 millions de morts tibétains.  Ni vous ni Le Soir n’avez daigné accorder le moindre écho à ma mise au point argumentée.

Retour sur deux affirmations de la propagande dalaïste

par Albert Ettinger, le 26 septembre 2016

Cher Vincent,

J’ai lu le dialogue que vous avez eu avec votre copain et je l’ai trouvé très intéressant. Votre copain semble être un jeune homme sensé et assez bien informé, mais il est malheureusement très influencé par la propagande occidentale concernant le Tibet, au point de répéter deux affirmations qui sont particulièrement infâmes : celle du « colonialisme chinois » au Tibet et celle qui compare la situation au Tibet avec l’occupation nazie de la France pendant la IIe Guerre mondiale.

Lettre adressée à l’auteur(e?) du dossier Tibet : « Le pays des neiges » entre souffrances et résistances.

par André Lacroix, le 25 avril 2016

Chère Madame ou cher Monsieur,

Connaissant mon intérêt pour le Tibet, un ami m’a fait parvenir une photocopie de votre dossier de deux pages, comportant :

en première page

L’étrange « Tibet » de Mme Levenson

par Albert Ettinger, le 28 mars 2016

« Bon nombre d’auteurs mettent l’accent sur le caractère spoliateur de l’annexion du Tibet par la Chine, en affirmant parfois que la démarche chinoise fut animée par le désir d’accéder aux ressources naturelles du Tibet, et par une politique du ‘Lebensraum’. Je considère cela comme une interprétation erronée du conflit sino-tibétain. », dit Tsering Shakya, historien appartenant à la communauté tibétaine en exil (1)

Pourquoi Ursula Gauthier, de l’Obs, a dû quitter la Chine et pourquoi on s’en f...

par Maxime Vivas, le 30 décembre 2015

article publié sur http://legrandsoir.info/pourquoi-ursula-gauthier-de-l-obs-a-du-quitter-la-chine-et-pourquoi-on-s-en-f.html

Mot d’introduction par André Lacroix, le 18 janvier 2016

Avec sa permission, nous reproduisons ici un très intéressant article de Maxime Vivas, publié sur le site « Le Grand Soir » à propos de la journaliste française Ursula Gauthier qui a perdu son accréditation en Chine pour avoir nié le caractère terroriste de certains mouvements indépendantistes ouïgours (Maxime Vivas est l’auteur d’un excellent petit livre intitulé : « Dalaï-lama, pas si zen » (éd. Max Milo, 2011).

 

Les cartes truquées de Wikimedia

André Lacroix, le 6 septembre 2015

Sur le site Wikimedia Commons, on peut voir un jeu de cartes animées, permettant de visualiser, année par année, entre 1920 et 1945, la liste des pays faisant partie de la SDN (Société des Nations), l’ancêtre de l’ONU (Organisation des Nations unies).  En bleu très foncé (presque noir) : les États membres ; en bleu plus clair : les colonies des membres ; en orange : les pays sous mandat ; en gris : les non-membres.